Blog E-Works » Entretiens d'embauche » Les pires phrases à éviter en entretien d’embauche

Les pires phrases à éviter en entretien d’embauche

le 5 septembre 2012 1 commentaire Publié par

On reproche aux candidats de ne pas poser assez de question en entretien. Pourtant, il y en a qui le font mais posent les mauvaises questions, ou les posent de manière trop brute 🙂 . Il y a des questions qui peuvent être pertinentes, mais qu’il vaut mieux garder pour plus tard, voire se renseigner auprès des salaries de l’entreprise, car l’entretien reste le moment où l’on doit montrer le meilleur de soi-même.

Pourtant, beaucoup de candidats souvent en démarrage de carrière (les feedbacks des recruteurs nous le confirment et on l’a vécu également) osent l’impensable, en posant des questions parfois … malvenues et qu’il aurait mieux fallu garder pour plus tard. L’entretien n’implique pas la réussite à l’entretien et donc l’embauche, gardez cela en mémoire.

Topo des phrases à étouffer en tournant 777 fois sa langue en entretien d’embauche (dans le web mais également ailleurs) :

Les tickets restos, c’est combien ?

Evidemment, c’est une information importante pour bien calculer le package global de votre remuneration dans une entreprise et qu’un euro est un euro. Seulement, amenée trop directement, cette question peut vite vous faire passer pour le candidat axé « gourmandise » ou pire, celui « en situation financière délicate »  qui n’a pas fait de restaurant depuis 6 mois ! Ceci s’applique à tous les avantages sociaux (RTT, remboursement transport etc).
Préférez une phrase neutre du type  : quels sont les avantages de l’entreprise ?

L’acces à Internet est-il restreint ?

Amener cette question sans la marketer peut conduire le recruteur à la traduire de la manière suivante : « ce candidat ne voudrait pas aller sur Facebook pour surveiller sa copine ou pour prendre des news de ses amis ? ». Ou pire, comme le phénomène est une réalité en entreprise, il va se demander si le futur salarié ne va pas aller sur des sites “olé olé” sur son temps de travail, comme le cas d’un ancien salarié de la société licencié pour ce motif (pas de bol !). Même sur le temps de pause ou de déjeuner, ce type de pratique n’est pas autorisé.
Si cette question est importante pour vous, amenez-là avec tact et en l’englobant dans une problématique metier, ex : « la veille concurrentielle est très importante dans notre metier, avez-vous des restrictions particulières au niveau du réseau de l’entreprise ? »

Le temps de pause, c’est combien de minute ? heure ?

Si vous pensez déjà à votre pause alors que vous n’avez pas encore le poste, c’est qu’il y a un problème 🙂 Gardez à l’esprit que les temps de pauses sont réglementaires, donc elles sont quasi similaires quelque soit la société qui vous embauche, et la plupart du temps, dans le web, les sociétés ne sont pas à cheval sur le temps de pause car vos fonctions ne sont pas d’ordre commerciale (devoir répondre au telephone), contrairement à des fonctions commerciales. Pareil pour les conges payés qui sont au minimum 5 semaines par an pour quelqu’un resté en poste 12 mois.

Il y a un bon CE ? Des cheques vacances ?

On aurait pu la combiner avec la précédente, mais elle revient tellement souvent qu’on a préféré l’isoler. Ce type de question donne encore une fois un aspect « camping » à votre profil. Gardez en tête que vous postulez pour travailler, et non à un club avantage (Groupon reste votre meilleur ami pour cela). Ces sujets sont encore une fois à traiter une fois en poste, il faut donc prendre le “risque” de ne pas connaitre les avantages au moment d’intégrer l’entreprise (l’objectif est l’embauche n’oubliez pas).

Je serais à votre place dans 2 ans

Il est vrai que l’audace paye, quand c’est bien utilisé, mais il faut éviter de se mettre à dos dès l’entretien son futur potentiel manager, car il peut vite vous faire regretter cette phrase et vous rendre la tâche difficile pendant ces fameuses 2 années… Optez plutôt pour le profil ambitieux, qui souhaite monter en competence. Par exemple, il est plus judicieux de dire “Quelles sont les perspectives d’évolution du poste ?”, tout en soulignant votre motivation à évoluer : “je souhaite acquérir des competences au sein de votre entreprise, et pourquoi pas d’ici deux ans pouvoir accéder à des fonctions managériales”. Les recruteurs n’aiment pas trop les profils “dents qui rayent le parquet”, alors meme si vous l’êtes, ne souriez pas ☺

Ces exemples sont assez « classiques », parfois volontairement exagérés par mes soins, mais en avez-vous d’autres que vous pourriez nous faire partager en commentaire ?

Vous êtes un candidat ou un recruteur dans le digital ?

Vous lisez actuellement l'article "Les pires phrases à éviter en entretien d’embauche" publié sur le blog d'E-Works, site emploi spécialisé dans les métiers du web, du e-commerce & du digital. Plus de 30 000 talents et plus de 1 500 entreprises utilisent E-Works.



Une réponse à “Les pires phrases à éviter en entretien d’embauche”

  1. Didier dit :

    C’est vrai que l’expression « entretien d’embauche » peut prêter à confusion… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *